6 Mai 2019

Royaume-Uni : The Osmington White Horse, Le cheval blanc d’Osmington dans le Dorset, un patrimoine paysager exceptionnel

L'Osmington Horse constitue un exemple de restauration d'un géoglyphe des collines du Dorset en Angleterre. Il est devenu une des attractions touristiques de la région.
Le Dorset, un comté rural, agricole et touristique du Sud-Ouest de l’Angleterre

em_osmington-horse_20160826_phr.jpg

Cette image du Osmington Horse a été prise par un satellite Pléiades le 26 août 2016. Il s’agit d’une image en couleur naturelle, de résolution native à 0,70m, ré-échantillonnée à 0,5m.

Contient des informations PLEIADES © CNES 2016, Distribution AIRBUS DS - Usage commercial interdit


Au centre de cette image, on distingue le cheval blanc d’Osmington – l’Osmington White Horse - dans la campagne du sud de l’Angleterre, dont on distingue les paysages cultivés et vallonnés typiques de cette partie du pays. Nous sommes ici dans le Dorset (376.000 hab., 2.653 km², 142 hab./ km²).
L’Osmington Horse se situe à quelques kilomètres au nord-est de Weymouth, petite ville côtière et touristique. On aperçoit ici seulement Sutton Poyntz et Preston, deux zones résidentielles situées au nord-est de l’agglomération de Weymouth (66.000 hab.), dont elles font partie. L’agglomération comprend également Portland, la presqu’île située au sud de Weymouth. Le village en bas à droite de l’image est Osmington, qui donne donc son nom au « cheval ». En haut à droite se trouve le village de Broadmayne. Enfin, la portion maritime que l’on aperçoit tout en bas de l’image appartient à la baie de Weymouth.
L’Osmington Horse est un géoglyphe - l’étymologie du mot signifie ciselure ou gravure de la terre - qui porte le nom de la colline dans laquelle il a été taillé. C‘est une colline de craie qui appartient aux Dorset Downs - les Collines du Dorset, un ensemble de collines crayeuses qui forment la partie occidentale d’une formation géologique plus large du même type qui s’étend sur tout le sud de l’Angleterre, du Dorset à l’ouest au Kent à l’est, et qui englobe le Hampshire, le Wiltshire, le Surrey et le East Sussex et le West Sussex. Et que l’on retrouve aussi dans une parie du Bassin parisien. Cet ensemble de terres vallonnées et arables culmine à une altitude inférieure à 300 m. C’est une région d’Angleterre très anciennement peuplée. On y trouve la plus dense concentration de sites préhistoriques du pays, avec des traces d’activité humaine datant de 8.000 ans.
Les Dorset Downs se situent dans une partie de l’Angleterre qui bénéficie du statut de National Character Area, Zone de Caractère National. Cette zone rurale, agricole et vallonnée du sud de l’Angleterre comme le montrent bien les nuances de couleurs, se caractérise par d’assez grands champs qui sont souvent délimités par de la végétation haute – haies, petits arbres – typique de cette région du pays. On remarque également de rares et éparses petites zones boisées. Les parcelles sont consacrées aux pâturages et à l’agriculture. On distingue en particulier nettement les sillons sur les parcelles consacrées à la culture de fourrage et de céréales. La production agricole est une activité traditionnelle du Dorset, bien qu’elle ne contribue qu’à 2 % de la création de ses richesses et n’emploie que 3.000 actifs.
En bas à droite de l’image, deux installations soulignent le caractère touristique de la région : tout à droite, il s’agit du centre de vacances Osmington Bay, dont on voit qu’il est idéalement situé pour un accès direct à la plage. Plus à gauche, les champs d’une ferme ont été transformés en vaste camping plus ou moins organisé, typique des installations temporaires mises à dispositions des campeurs à l’occasion de festivals. De nombreux festivals sont organisés tous les ans à Weymouth, dans le Dorset et plus généralement dans les comtés du sud de l’Angleterre, notamment au printemps et pendant la période estivale.
Ils constituent une attraction touristique importante et participent au dynamisme économique de la région. La date de cette image - le 26 août 2016 - coïncide avec les jours fériés de la fin du mois d’août - bank holidays - pendant lesquels ont été organisés à Weymouth et Portland un festival de musique et une compétition de voile, ce qui explique donc cette concentration de campeurs. Dans le Dorset, l’activité touristique emploie 7.000 personnes, et constitue 5 % de l’activité économique du comté. Nous sommes là en effet sur le balcon méridional  maritime de l’Angleterre. En quelque sorte, un mélange de Bretagne, de Normandie et de Côte d’Azur pour les Iles britanniques. 

Une construction originale née au début du XIXeme siècle mais pas unique


L’Osmington Horse participe pleinement de l’identité régionale de cette partie de l’Angleterre et il en constitue une attraction touristique. Gravé en 1808, il mesure environ 85 mètres de long et 98 mètres de haut. Il représente le roi George III sur son cheval, qui s’éloigne de Weymouth. Bien que cette représentation ait vraisemblablement été pensée comme un hommage au roi qui fréquentait très régulièrement cette région avec sa cour - on disait que Weymouth était alors le centre de l’Empire, la légende veut que ce dernier ait pris ombrage de son orientation et qu’il ne soit plus jamais revenu dans la région après l’avoir vu.
Sa date de création est en fait proche de la fin du règne de George, dont on sait qu’il souffrait de maladies invalidantes, ce qui rend plus crédible l’hypothèse selon laquelle son état de santé ne lui a plus jamais permis de se rendre à Weymouth – il n’a donc jamais pu constater la preuve de loyauté de ses sujets. Ce sont en tout cas les fréquentes visites du Roi et de sa cour qui ont marqué le début de la popularité de la région de Weymouth comme lieu de villégiature estivale.
L’art de graver des représentations sur des collines - hill figures - est un art très ancien, et mystérieux : les plus anciens exemples remontent à la préhistoire – c’est le cas du cheval d’Uffington, dont la date de création reste incertaine. Il demeure de nombreux exemples de telles gravures en Angleterre, en particulier dans le sud du pays. On peut tracer l’origine de certaines d’entre elles à la présence celte, mais sans certitudes quant aux raisons de leur création. Les premières traces écrites de leur existence remontent à la fin du XIème siècle. Toutefois, la plupart des gravures visibles aujourd’hui sont beaucoup plus récentes puisqu’elles ont souvent été créées au cours des XVIIIème et XIXème siècles.
L’Osmington Horse a la particularité d’être le seul à associer une monture et son cavalier. On dénombre au moins vingt quatre gravures de chevaux - bien que certaines ne soient plus visibles - et deux gravures de silhouettes humaines en Angleterre, dont les plus connues sont le Géant de Wilmington (Sussex) et le Géant de Cerne Abbas (Dorset) ainsi que les chevaux blancs d'Uffington (Oxfordshire), de Bratton ou Westbury (Wiltshire), de Kilburn (Yorkshire) ou encore de Cherhill (Wiltshire).
Ces gravures confèrent une certaine identité aux régions dans lesquelles elles se trouvent - le cheval blanc est ainsi considéré comme un symbole du Wiltshire - et dont elles constituent désormais un atout touristique.

Une restauration nécessaire mais complexe

Ces représentations sont conçues comme devant être vues de loin, à condition d’être entretenues. Les phénomènes naturels tels que la pousse de la végétation, le vent et la pluie tendent en effet à en altérer les contours et à les détériorer. Les modifications apportées au fil du temps par des restaurations approximatives tendent également à les dénaturer. Ce fut le cas pour l’Osmington Horse. Lors d’une première restauration en 1989, 160 tonnes de roches calcaires avaient été apportées de Portland, qu’il a fallu ensuite enlever.
Le projet de restauration de l’Osmington Horse tel qu’on peut désormais l’apercevoir a été initié en mai 2009. Le chantier de restauration a été mis en œuvre pendant plusieurs mois entre juillet 2010 et septembre 2011. Son objectif était de lui rendre son aspect originel avant le début des Jeux Olympiques de 2012, dont les épreuves de navigation à voile se déroulaient à Weymouth. La restauration reçut l’approbation royale en 2012.
La restauration a été portée par un groupe de bénévoles locaux auxquels ont apporté leur concours et expertise plusieurs agences et opérateurs publics de conservation du patrimoine et groupements d’intérêt tels que le Dorset Rangers Service, le Historic Environment Service du Dorset, le Dorset Area of Outstanding Natural Beauty Partnership, English Heritage, Natural England et Ordnance Survey, l’agence nationale publique de cartographie.
Le projet de restauration a dû faire face à de nombreuses contraintes et résoudre de nombreux problèmes en raison de la pente de la colline dont on ne se rend pas bien compte sur l’image, de la nécessité d’enlever les 160 tonnes de roches calcaires qui avaient été apportées sur le site, du manque d’archives concernant le tracé originel du cheval et de son cavalier et de l’absence de financements publics.
En effet, comme il se situe sur un terrain privé, la restauration de l’Osmington Horse n’était pas éligible aux financements publics. Le financement de la restauration a finalement été assuré par le programme Natural England’s Higher Level Stewardship Scheme mais a également reposé en grande partie sur le travail bénévole de la main d’œuvre et des différents experts. Par ailleurs, l’Osmington Horse se trouve en plein cœur d’un site d’intérêt scientifique particulier (Site of Special Scientific Interest), ce qui impliquait des restrictions en matière de déplacements d’engins de chantier pour évacuer les roches superflues. Il faut enfin mentionner la difficulté à travailler sur un tel site par tous les temps.
Déterminer le tracé originel du cheval a constitué un défi de taille. Des recherches ont été conduites, qui ont nécessité l’analyse de tableaux et cartes d’époque et des sols, ainsi que le recours aux technologies de pointe en matière de télédétection et de géolocalisation. Les conclusions de ce travail de recherche croisé et innovant ont montré que le tracé du cheval avait significativement évolué au cours du temps. La restauration du tracé originel de l’Osmington Horse a permis à Ordnance Survey et English Heritage National Monuments Record de le valider définitivement pour le conserver.

Pour aller plus loin :

À propos des gravures :
http://www.osmingtonwhitehorse.info/
https://www.bbc.com/news/uk-england-39255651
http://www.ancientpages.com/2018/09/20/mystery-of-prehistoric-gigantic-hill-figures-of-england/
https://www.dorsets.co.uk/osmington
http://publications.naturalengland.org.uk/publication/5846213517639680?category=587130

À propos du Dorset :
https://www.dorsetcouncil.gov.uk/business-consumers-licences/economic-development/western-dorset-economic-growth-strategy/what-are-our-key-sectors.aspx
https://apps.geowessex.com/insights/Dashboards
https://apps.geowessex.com/insights/Topics

Contributeur :

Fabien Jeannier, professeur d’anglais, chercheur associé au laboratoire Identité culturelle, textes et théâtralité, Avignon Université.

Publié dans : 
Pour les cibles :