Dongguan, une ville face à l'ouverture économique chinoise dans le delta de la Rivière des Perles

Limitrophe de Shenzhen, Dongguan a directement bénéficié des retombées économiques de l’ouverture chinoise. Avec une population multipliée par plus de 4 (selon les statistiques officielles chinoises), la ville est devenue un pôle industriel majeur de la vallée du Zhujiang dans lequel l’urbanisation et l’industrialisation modifient en profondeur les paysages.

 

em_dongguan-20120927-emaxcc.jpg

 Légende de l'image

Cette image a été prise par un satellite Pléiades le 29 septembre 2012. Cette image a été prise par un satellite Pléiades le 29 septembre 2012. Il s’agit d’une image de résolution native à 0,70m, ré-échantillonnée à 0,5m.

Télécharger l'image globale
Contient des informations Pléiades © CNES 2012, Distribution Airbus DS, tous droits réservés. Usage commercial interdit.

Présentation globale de l'image

Le Delta de la Rivière des Perles s’étend dans la basse vallée du fleuve Zhujiang de Canton jusqu’aux nouveaux territoires de Hong Kong et de Macao. Cette zone du Guangdong présente la particularité d’avoir été la première à connaître l’ouverture économique souhaitée par Deng Xiaoping dès le début des années 1980 et elle a servi de modèle au pays entier quant à la mise en place des Zones Economiques Spéciales (ZES). Précurseur dans l’ouverture du pays, la Delta de la Rivière des perles a profité d’une situation géographique favorable puisque ce territoire possédait historiquement une tradition d’ouverture    renforcée   par la   proximité  de   Hong  Kong   et de Macao (territoires  contrôlés par  les   Occidentaux anglais et portugais jusqu’à la fin des années 1990). Les deux Cités pouvaient alors servir de relais efficaces dans la mise en relation de ces espaces du Guangdong avec les pôles majeurs de l’économie mondiale. Qui plus est, dans la logique d’une expérimentation capitaliste progressive, le choix du Delta de la Rivière des Perles pour terrain de l’ouverture économique présentait l’avantage de promouvoir les principes libéraux dans une région assez isolée par rapport au reste de la Chine. En cas d’échec de la greffe capitaliste ou d’effets indésirables sur la société, la situation aurait été gérée de manière plus simple par le pouvoir central que dans les régions de Beijing ou Shanghai. 
Dans ce contexte, les agglomérations de Shenzhen et de Dongguan occupent une place majeure. Shenzhen, située à la frontière avec Hong Kong, a été une des deux premières ZES implantées en Chine (en 1979, avec Zhuhai, à la frontière avec Macao). Dongguan a un statut de ville préfectorale et dispose d’un potentiel industriel majeur depuis le milieu des années 1980 en raison de la multiplication des « joint-ventures » sino-étrangères dans les composants électroniques, informatiques ou l’industrie de la chaussure… Première ville au contact direct de Hong Kong et de Shenzhen, maillon central sur l’axe Hong Kong/ Guangzhou, elle a directement bénéficié des retombées industrielles de ces puissants voisins. Les chiffres de population de 2010 donnent un total de 7 à 8 millions d’habitants (les statistiques officielles donnaient un chiffre légèrement inférieur à 2 millions en 1993). Cette explosion démographique, en grande partie due aux travailleurs ruraux venant s’installer dans la région, population souvent dépourvue de hukou (document officiel donnant droit de séjour dans une région), traduit le formidable décollage économique de cet espace.

Zooms d'étude


L’Île de Longxuecun, un chantier naval sur la Rivière des Perles

Le Delta de la Rivière des Perles est emprunté quotidiennement par des navires qui dépassent les 10 000 tonnes pour se rendre au port de Guangzhou (Huangpu, souvent classé dans les 4 ou 5 premiers ports à conteneurs du monde selon les statistiques et les années). La rivière Xi est également navigable jusqu’à loin vers l’intérieur des terres puisque des navires de 5 000 tonnes peuvent atteindre le port de Wuzhou (situé tout de même à 300 km de Guangzhou).
Le développement de l’industrie navale trouve donc dans cette région une signification particulière :  pas moins de 10 navires en cours de construction dans les bassins de radoub, sans compter tous les navires amarrés dont on ne peut dire s’ils sont là pour être terminés ou bien simplement en transit.
La Chine se classe en 1ère position mondiale pour la production navale depuis 2009, le pays a connu la plus forte progression jamais enregistrée dans l’histoire de cette activité (44% des commandes mondiales en 2009 contre 40% à la Corée du Sud). Trois raisons expliquent ce développement sans précédent : le manque de vraquiers afin de répondre à la très forte demande de matières premières, l’obligation qui est faite par le gouvernement chinois de faire assurer 50% du transport de pétrole importé par des groupes nationaux, enfin, le besoin sans cesse croissant de porte-conteneurs répondant à la croissance exponentielle des exportations de produits manufacturés.


Dongguan, une artificialisation grandissante des zones de rizières

Le Delta de la Rivière des Perles s’étend dans la basse vallée du fleuve Zhujiang de Canton jusqu’aux nouveaux territoires de Hong Kong et de Macao. Cette zone du Guangdong présente la particularité d’avoir été la première à connaître l’ouverture économique souhaitée par Deng Xiaoping dès le début des années 1980 et elle a servi de modèle au pays entier quant à la mise en place des Zones Economiques Spéciales (ZES). Les chiffres de population de 2010 donnent un total de 7 à 8 millions d’habitants (les statistiques officielles donnaient un chiffre légèrement inférieur à 2 millions en 1993). Cette explosion démographique, en grande partie due aux travailleurs ruraux venant s’installer dans la région, traduit le formidable décollage économique de cet espace. Pour accompagner, cette explosion démographique et économique majeures, le développement des infrastructures est spectaculaire comme cette image de nœud autoroutier en construction le démontre.


Dongguan, l’artificialisation des zones de pisciculture

Sur cette image en composition colorée Proche - infrarouge, on relève les informations suivantes : une zone industrielle nouvelle (1),  un  ancien chemin de contournement d’un bassin aquacole (2), un ancien bassin comblé par un remblai (3). L’ancien bassin comblé est reconnaissable à sa couleur plus sombre : cela signifie que le sol est plus humide en raison de son ancien usage piscicole. La présence de  bassins non encore comblés (4)  ou en cours de comblement (5) est avérée.
Par une simple observation de l’image en composition colorée, on relève une dynamique d’artificialisation des territoires agricoles et piscicoles en raison de l’industrialisation et de l’urbanisation massive de cette région.

Cette image permet de mettre en évidence l’information enregistrée par le satellite dans le Proche infra-rouge. Elle donne une information supplémentaire à celle de l’œil humain.
La couleur rouge correspond à des espaces végétaux ayant une activité chlorophyllienne, les espaces sombres correspondent à des espaces en eau ou humides,
Pour en savoir plus sur les compositions  colorées « fausses couleurs», rendez-vous sur le site Enseignants et Médiateurs du CNES dans la rubrique Terr’Image.

La Rivière des Perles, une artificialisation généralisée

Classification supervisée de l'image de dongguan

Sur cette classification supervisée, le logiciel permet de déterminer les différents types d’occupation des sols dans cette région de la rivière des Perles. Les statistiques générées par le logiciel précisent que près de 10% de la superficie de l’image sont en cours d’artificialisation (couleur rouge). On note en particulier, la réalisation des grands axes de communication autoroutiers (toutes les lignes rouges). On remarque également que l’artificialisation est plus importante à proximité des terres d’exploitation agricoles ou sur les bassins aquacoles. Les espaces forestiers sont moins soumis à ces processus d’urbanisation accélérée puisqu'ils n’occupent que des zones  de collines : leur déboisement rendrait l’occupation dangereuse en raison des risques de glissements de terrain.
Les terres agricoles du Delta de la Rivières des Perles apparaissent donc comme les espaces privilégiés de la croissance urbaine  et industrielle chinoise.

legende.png

Légende de la classification artificialisée

Une classification supervisée a été générée à partir de l’image initiale par une fonction de traitement du logiciel de télédétection TerreImage,. En prenant pour base des zones de test  sur le terrain, il a été possible de déterminer  6 classes d’occupation des sols. L’analyse de la classe en rouge « en cours d’artificialisation » permet de quantifier les processus d’artificialisation des sols à l’œuvre à Dongguan.
Pour en savoir plus sur la réalisation d’une classification supervisée, rendez-vous sur le site Enseignants et Médiateurs du CNES dans la rubrique Terr’Image.

Contributeur

Vincent DOUMERC, professeur agrégé de géographie, Lycées Saint-Sernin et Fermat (Toulouse)