Corée du Sud. Haute montage et Jeux olympiques d’hiver 2018 dans la station d’Alpensia-Pyeongchang

Dans un massif montagneux enneigé se trouve une cuvette topographique qui est traversée d’est en ouest par un puissant axe autoroutier. Dans celle-ci se trouvent de nombreux équipements – importants, de taille et de forme variables, mais bien repérables sur l’image - et des espaces résidentiels.

Nous sommes ici dans la station d’Alpensia-Pyeongchang qui a accueilli les Jeux olympiques d’hiver en 2018. Elle se trouve vers l’est à 23 km du littoral et de la ville de Gangneung, qui accueille une partie des épreuves (sports de glace), et vers le sud à 50 km de la ville de Pyeongchang, ville-chef de district qui donne son nom aux Jeux Olympiques.

A une échelle plus large, l’image se trouve au nord-est de la Corée du Sud et à 180 km de Séoul. Cette zone des Monts Taebaek est d’une altitude moyenne assez peu élevée (700 m). Mais c’est un espace de montagne bien arrosé (1 900 mm/an), froid (température moyenne annuelle : 6,6 C), aux hivers longs et parfois rigoureux comme s’en sont plaints les sportifs lors de certaines épreuves des J.O. 2018.

Portant d’assez faibles densités (30 hab./km2) et en voix de dépeuplement au profit de l’ouest du pays et de la mégapole de Séoul, cet espace fonctionne traditionnellement comme une marge dans la construction nationale sud-coréenne.

Mais la présence de la plus grande station de ski du pays vient bien sur localement changer la donne. Après avoir échoué face à Vancouver en 2010 puis Sotchi en 2014, la station sud-coréenne l’emporte en 2011 face à Munich et Annecy pour l’organisation des J.O. 2018.

La vieille station en sort profondément métamorphosée du fait de la mise à niveau opérée et des nouvelles installations créées pour l’occasion : cérémonies d’ouverture et de clôture dans le stade olympique au formes octogonales au centre de l’image, le village olympique  avec son dôme rond et ses tours, le Snow Park Phoenix au centre sud de l’image, le centre de glisse (luge, bobsleigh, à l’ouest du dôme du village olympique)…  Reste maintenant à payer les dettes et à amortir des investissements immobiliers et techniques de plus en plus lourds à porter pour les Etats et les collectivités territoriales concernés.


Sur la Corée du Sud, pour aller plus loin avec GéoImage :
Corrée du Sud - Séoul, une mégalopole en mutations sous fortes contraintes géopolitiques

Publié dans : 
Pour les cibles :